Les fascias, c'est quoi ?

  • MOBILITÉ
  • 30 Avril 2018
  • 1 commentaire

Les fascias, c’est quoi ?

 

 

Peu connus, les fascias sont pourtant présents à tous les niveaux du corps humain et ont une influence primordiale sur son apparence générale. Mais alors, les fascias, c’est quoi exactement ? Zoom sur cet ensemble de tissus constituant un organe à part entière indispensable à notre santé, et qu’il faut donc préserver. 

 

 

Les fascias : organe clé de notre santé

 

Véritable deuxième squelette du corps humain, les fascias (terme issu du latin qui signifie « bande ») font partie de ce que l’on appelle les tissus conjonctifs, tout comme les tendons et les ligaments. Ils désignent un ensemble de tissus interdépendants qui forment un réseau servant de support à tout l’organisme

 

Leurs membranes élastiques enveloppent et relient toutes les structures du corps (muscles, nerfs, articulations, os, vaisseaux sanguins, etc.), leur garantissant ainsi souplesse et mobilité. 

 

S’apparentant à une grande toile d’araignée s’étendant des pieds à la tête, ils offrent ainsi au corps une unité anatomique et fonctionnelle. Leur rôle est donc primordial puisque c’est grâce à eux que le corps peut se tenir debout et les organes rester en place.

 

 

Composition et organisation générale des fascias

 

Les fascias sont composés de plusieurs éléments : 

  • l’eau, qui constitue 60 % de leur masse ;
  • le collagène, protéine qui a la particularité d’être très résistante ;
  • l’élastine, une autre protéine solide et surtout très élastique ;
  • et les protéoglycanes qui sont des molécules agissant comme des éponges en retenant l’eau dans les fascias, leur permettant ainsi de rester souples.

On peut les classer en quatre grands groupes :

 

  • Le fascia superficiel : (ou fascia du derme) est situé sous la peau et recouvre l’ensemble du corps.

  • Le fascia axial périphérique (ou fascia myotensif et périosté) enveloppe les muscles, tendons, os et articulations. Il conditionne la mobilité et la posture générale du corps. Il réagit aux traumatismes physiques et à la fatigue sous forme de tensions et crispations.
  • Le fascia axial profond (ou fascia viscéral) recouvre les organes thoraciques, abdominaux et pelviens. Il conditionne la respiration et la position de la colonne vertébrale et du thorax. Il est très sensible aux variations émotionnelles et réagit au stress par la sensation de respiration oppressée, d’estomac noué ou de boule dans la gorge.
  • Le fascia dure-mérien (ou fascia du système nerveux) enveloppe le cerveau et la moelle épinière. Il concerne le psychisme donc est affecté par le surmenage intellectuel, le stress et l’anxiété.

 

Cette classification est avant tout théorique puisque ces différentes couches sont interconnectées. Le moindre déséquilibre au sein d’un niveau sollicite l’ensemble de la structure fasciale. 

 

 

A quoi servent les fascias ?

 

En tant que structure unique reliant les différentes parties du corps, les fascias ont plusieurs fonctions au sein de l’organisme :

  • ils assurent la continuité tissulaire, sans laquelle le corps ne serait qu’un amas de chair et d’os ;
  • ils accompagnent et harmonisent les mouvements en permettant aux muscles de se mobiliser librement et correctement ;
  • ils sont les garants de la bonne transmission de l’influx nerveux ;
  • ils participent à l’homéostasie en jouant un rôle important dans la régulation hormonale et immunitaire
  • et grâce à leurs fibres tubulaires, ils acheminent le liquide lymphatique jusqu’aux ganglions lymphatiques. 

 

Par ailleurs, les fascias possèdent des capacités sensitives très développées. En effet, grâce à leur nombre très important de récepteurs de la douleur et de capteurs de mouvements, ils constituent le plus grand organe sensoriel du corps humain. Ils sont également à l’origine de la proprioception et de l’intéroception, qui désignent respectivement la maîtrise inconsciente des mouvements de notre corps dans l’espace et la perception des signaux physiologiques (faim, soif, douleur, etc.).

 

 

 

 

Les fascias : des tissus très sensibles

 

Dans un corps en bonne santé, les fascias sont souples et mobiles, leur élasticité est parfaite. Ils sont très humides car retiennent l’eau comme une éponge, leur texture est gélatineuse.

 

Cependant, comme tous les tissus vivants, les fascias sont fragiles et réagissent vivement lorsqu’ils se sentent agressés. En effet, ils sont très sensibles à toutes formes de traumatismes physiques, psychologiques ou biologiques : sport intensif ou au contraire manque d’exercice physique, stress, anxiété, surmenage, mauvaises habitudes posturales, vieillissement, etc. 

 

En réaction au stress, les fascias durcissent et se contractent. Ce mouvement d’adaptation est normalement réversible mais à force de sollicitations, ils perdent peu à peu leurs propriétés régénératrices et des tensions peuvent alors s’installer. Il en résulte alors l’apparition de douleurs chroniques et une perturbation de l’équilibre général de l’organisme, qui peut se traduire sous forme de troubles très divers (digestifs, respiratoires, musculaires, etc.). 

 

De plus, les traumatismes subis restent inscrits dans la mémoire affective des fascias, ce qui les fragilise peu à peu et favorise à terme l’apparition de pathologies plus sérieuses. 

Il est donc très important de ne pas laisser les tensions s’accumuler en prenant soin des fascias tant qu’ils sont encore en bonne santé. 

 

 

Comment prendre soin des fascias ?

 

Nous l’avons vu, les fascias sont présents à tous les niveaux de l’organisme. Il est donc nécessaire de les entretenir pour préserver notre santé générale.

 

Voici trois conseils pour prendre soin des fascias. 

  • S’hydrater correctement : étant majoritairement constitués d’eau, les fascias doivent rester bien hydratés pour garder leur texture gélatineuse et toutes leurs propriétés optimales.

 

  • Pratiquer une activité sportive régulière basée sur des mouvements variés qui sollicitent tous les groupes musculaires. Les exercices variés entretiennent la souplesse et l’élasticité des fascias, à l’inverse des mouvements monotones qui leur sont délétères.

​​​​​​​

  • Effectuer des auto-massages (c’est-à-dire des massages réalisés soi-même) à l’aide d’outils spécifiques comme le rouleau en mousse ou les balles de massage. Pratiqués régulièrement, ils permettent de réduire les adhérences fibreuses au niveau des muscles et des fascias et de diminuer les tensions. 

 

Vous savez maintenant tout sur ces étonnants tissus que sont les fascias et leur influence déterminante sur notre santé générale. Vous l’avez compris : c’est à présent à vous de faire le nécessaire pour les maintenir dans un état optimal. Pour cela, je vous propose de découvrir notre mini formation : "à la découverte des auto-massages".

 

 

Cet article vous a plu ou vous a été utile ? N'hésitez pas à le partager. Merci ! laugh

 

 

Pour avoir plus d'informations et trouver l'entrainement qu'il vous faut :

► Découvrir les entrainements sportifs : les Programmes

Me contacter par mail : [email protected]

 


MISE EN GARDE : Il est important de consulter votre médecin ou un spécialiste de la santé avant d'entreprendre ou de reprendre une activité physique. Si vous avez des problèmes médicaux, la consultation est obligatoire. Vous devez vous assurer que vous ne présentez aucune contre-indication liée à la pratique de ce type d’exercices. 

ROULE SUR LA FORME & PROGRAMME 66 se dégagent de toute responsabilité pour les blessures et dégâts matériels consécutifs à la pratique des exercices décrits dans tous les supports de ROULE SUR LA FORME ou du PROGRAMME 66.